jeudi 11 avril 2013

Digression : Gauloise de Molyneux

     Parfois l’idée absurde de faire un peu de tri parmi tous mes flacons me prend, disant qu’il est temps de me délester de ceux qui dorment depuis trop longtemps. Je navigue alors entre cartons, armoires, étagères et recoins insoupçonnables, je mets tout par terre et je redécouvre alors certains jus oubliés.

     Devant moi se dévoile un surprenant flacon, délicate opaline blanche à la structure épurée, rehaussée d’un élégant liseré bleu roi : Gauloise de Molyneux. Bon, arrêtons de respirer des paillettes, c’est juste un bon vieux paquet de gauldo en verre et plastique que l’on jette négligemment sur la table de nuit à 4h du matin, so 80’… Laid et massif, il assume son style, et c’est toujours mieux qu’un cygne Avon finalement !



Gauloise 1980



     Mais ce paquet stylisé renferme un truc plutôt pas mal : Gauloise envoie, pas de dentelle, rien de ciselé, pas du lourd ou brutal non plus, juste un jus comme on n’en fait plus, pas le plus beau, ni même le plus représentatif, juste bien de son temps et réussi, un archétype du « je ne boude pas mon plaisir » ! Et à voir les trois flacons que j’ai, je n’ai pas boudé mon plaisir d’achat ! Enfin, les concentrations ne sont pas les mêmes, j’ai une excuse.    
   A l’heure où la mousse de chêne est en passe de devenir aussi mortifère que la cigarette je ne peux résister à une petite inhalation de cette quintessence du mal…

    Le premier flacon est un testeur et nous promet une :
Note florale verte, originale et moderne, s’épanouissant sur un fond précieux d’harmonies boisées et ambrées
    Et afin d’être certain de nous allécher totalement il nous invite au voyage à chaque matière :
Principaux composants :
-Ylang-ylang de l’île de Bourbon
-Rose de pays
-Hélichryse de Provence
-Noix de muscade de Sumatra
-Santal de Mysore

-Oliban de Somalie
-Absolue d’ambrette des Indes orientales
-Opoponax d’Iran.

   

   Ce n’est pas bio, mais l’on sait d’où ça vient ! Et ça fonctionne très bien avec moi, je trouve ces noms terriblement évocateurs, c’est beau jusque dans la sonorité, bien plus excitant qu’un Terpinol, Muscone, Jabanol ou Iso E super...
    L’ouverture se fait dans un généreux souffle de roses complexes, chyprées à l’ancienne mais tempérées par une verdeur assez tendre... Une jacinthe qui s'éloigne, l’empreinte un peu rêche, vaguement cernée d’une amertume amandée, mais finalement plutot douce et suave. Rien d’acide ou vineux, la rose est épanouie sans être sombre, elle conserve une certaine transparence même ! Finalement il n’attaque pas si fort, les codes 80’ n’ont pas encore pris le pas sur ceux 70’.
    Doucement la rose se pare d’un aspect cosmétique, servant de lit à un musc étrangement poudré d’immortelle. Oui l’immortelle joue d’abord sur les cosmétiques ici, par un effet « pulvérisé » elle matifie et assombrit l’horizon rose, une poudre, un poudré corrompu, entre café et curry anisé.
    Et lorsque l’œillet fait son apparition accompagné de muscade, un voile piquant et âcre se mêle au tableau, dansant avec la mousse de chêne de plus en plus présente.
    On glisse alors dans univers plus corsé où la mine de crayon trempe dans un verre de whisky légèrement tourbé, délayant des notes plus chaudes et ambrées, amenant l’immortelle au bord de la liqueur. Le bouquet rose et blanc devient fantomatique, on plonge dans des volutes plus nocturnes…

   Cette Gauloise au départ juvénile prête à affronter son cours de socio, dévoile finalement, prête à affronter la nuit, une femme au cul diablement sexy dans ce jean…

   Envie d’une Gauldo ?


8 commentaires:

  1. Quelle bonne idée, car des digressions comme celle là, j'en redemande, le plaisir de te lire demeurant chaque fois une découverte, à bientôt pour un nouveau voyage
    la passante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Je suis d'humeur très digressive ces temps ci... Je pense que ce ne sera pas la seule ;-)

      Supprimer
  2. Hi
    Je cherchais des informations sur le parfum de ma mère que je viens de retrouver. Je sentis le parfum et bien compris les mots, c'est etonnan. J'ai toujours cru le nom Gauloise c'est pour la femme française quand j'étais petit (ma mere etait française, je suis Seattle). C'est emouvant de penser ma mere young et sexy. Merci du moment et bonne chance dans ton travail de parfum d'art.
    C.K

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi Christopher,
      Le parfum a ce pouvoir très évocateur, il nous plonge dans les souvenirs très vite, tout revient avec lui.
      (je n'arrive pas répondre à ton mail, je retente plus tard, mais donc la réponse principale: oui, bien sur... Et ça va tu te débrouilles pas mal avec ton nouveau clavier ;-)

      Supprimer
  3. Mais pourquoi ne le ressortent-ils pas???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là...
      Enfin, s'ils le ressortaient, je n'ose imaginer les changements qu'il devrait subir: entre les restrictions européennes et le santal de Mysore par exemple... Sans oublier la loi incontournable du "top la mode"....
      Finalement la réponse est peut etre là : parce qu'ils risqueraient de le massacrer !!!

      Supprimer
  4. bonjour
    très heureuse de lire cette page ...... je recherche depuis plusieurs années la miniature de Gauloise que j'ai porté dans les années 80' ....... jusqu'à ce qu'il disparaisse des rayons de parfumerie ???? peut être pourrez vous m'orienter pour trouver cette merveille
    merci pour cette image parfumée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      C'est toujours un plaisir de voir que ce beau parfum n'a pas été oublié!
      Merci à vous :-)
      Mis à part guetter les sites d'annonces/enchères, je n'ai malheureusement aucune piste à vous donner, j'en suis désolée...

      Supprimer